Publicité dans les théâtres, une incidence sur la valeur locative ?

Publicité dans les théâtres, une incidence sur la valeur locative ?

Les théâtres sont ordinairement considérés comme des locaux monovalents et la fixation du loyer en renouvellement doit être effectuée suivant les usages de la branche considérée. Deux principales méthodes sont traditionnellement retenues par le Juge des Loyers : La jauge correspond à un multiple du nombre de places vendables, multiplié par le tarif moyen et le nombre de séances journalières. La méthode « au fauteuil » visant à comparer le loyer d’établissements comparables rapporté au nombre de fauteuils. Malgré l’arrivée de nouveaux acteurs disposant de moyens financiers importants, les théâtres privés connaissent d’importantes difficultés d’exploitation depuis plusieurs années. Rompant avec la tradition du vivant et dans une recherche de diversification de revenus, plusieurs exploitants ont conclu un partenariat avec une régie publicitaire visant à diffuser avant la représentation des publicités pendant 4min. D’après les informations récemment parues dans la presse, les recettes pourraient atteindre de 10 000 € à 50 000 € par an pour une salle de 200 fauteuils Les loyers des salles de cinéma incluent le plus souvent une contribution au profit du bailleur sur la « recette écran », correspondant précisément à la publicité d’avant-séance. Malgré un contexte économique difficile, une évolution de la méthode de fixation des théâtres sur celle des cinémas est-elle envisageable ?

Benjamin Robine

Expert près la Cour d'appel de Paris en estimations de fonds de commerce, indemnités d’éviction et valeurs locatives. Benjamin ROBINE assure depuis 2012 la direction du Cabinet d’expertise. Il est secrétaire de la Compagnie des Experts en Immobilier Commercial et d’Entreprise (CEICE), membre du bureau de la CNEJI, et publie régulièrement des articles dans des revues spécialisées.

Comments are closed.