Les bureaux sont-ils éternels ?

Les bureaux sont-ils éternels ?

En Ile-de-France, le télétravail s’impose comme une réponse pérenne aux impératifs sanitaires et de productivité … Nuancée par les utilisateurs de bureaux.

Malgré la chute de la demande placée (- 50% sur un an à 275 000 m2), certains actifs montrent davantage de résilience.

La crise sanitaire et l’expérimentation ou le développement du télétravail participent à un abaissement de la demande de locaux à usage de bureaux. Toutefois, certains acteurs du marché, notamment les dirigeants de PME, s’y opposent ou le limitent, souhaitant maintenir un circuit décisionnel court et fluide via le présentiel.

Répartition de la demande placée par tranche de surface en Ile-de-France (Knight Frank)

Les plus petites surfaces sont ainsi celles dont la demande placée s’affaisse le moins (- 1 000 m2 : – 24% / + 5 000 m2 : – 51%). Leur part de marché augmente au détriment de celle de plus grandes surfaces.

Dans ce contexte, les utilisateurs ont tendance à délaisser les plus grandes surfaces.

 Les promoteurs et concepteurs tentent de pallier cette inadéquation de l’offre par l’adaptation de ces surfaces aux nouvelles exigences. Ainsi à La Défense, la tour Alto se prête à être multi-utilisateurs, par ses plateaux aisément modulables ainsi que son système de traitement d’air décentralisé.

 Dans un marché caractérisé par une très forte incertitude et des modifications d’usage durables dans les secteurs tertiaires, le standard du bail ferme semble révolu, les utilisateurs privilégiant la flexibilité en termes de durée et de faculté de sous-location.

La multiplication des avantages locatifs afin de limiter le taux de vacance et maintenir des loyers faciaux élevés ne facilitera pas la lecture du marché dans les prochains mois.

 Notre propos se veut donc mesuré, l’hypothèse d’une baisse des valeurs locatives étant très probable mais incertaine en existence comme en ampleur. Aucune valeur-refuge dorée ne saurait être pointée du doigt ; toutefois, les surfaces petites et / ou modulables devraient se montrer davantage résilientes.

 

Lire l’étude complète de Knight Frank

Clara Toussaint

Clara TOUSSAINT a récemment rejoint le cabinet en tant qu'expert-alternante. Anciennement notaire-stagiaire, titulaire d'un Master II Droit Notarial obtenu à l'Université de Reims Champagne-Ardenne, elle est actuellement élève-alternante au sein de l'Ecole Supérieure des Professions Immobilières (ESPI) dans le cadre d'un Mastère Audit, Expertise, Conseil.